dimanche 10 janvier 2016

De quelques femmes remarquables - 3

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Aujourd’hui, je vous présente des femmes remarquables peu connues.



Al-Kâhina, dite la Kahena (Région de l’Aurès, 674?-704)

Personnage légendaire mais dont l’historicité est certaine, surnommée « la devineresse », dite « La reine des Berbères de l’Ifriqiyya », elle incarne la résistance berbère contre la conquête arabe au VIIe siècle. Guerrière résolue, elle reste, au-delà des récits véhiculés par la tradition, celle qui a fièrement revendiqué liberté et dignité pour son peuple. En 2003, une statue lui a été élevée à Khenchela (en berbère « Khenchelt »), dans l’est algérien. Laissons cette grande personnalité devenue figure mythique nous inspirer dans nos combats de femmes.


Emily Davison (Blackheathe, 1872-Epsom, 1913)

Suffragette, militante au sein de la Women’s Social and Political Union (WSPU) créée en 1903 par Emmeline Pankhurst, elle a été à neuf reprises emprisonnée pour cause de désobéissance civile. Le 4 juin 1913, pendant le Derby d’Epsom, elle arrive à gagner la piste et à se précipiter sur un cheval en pleine course avec l’intention, disent certaines, de lui accrocher au cou les couleurs de la WSPU. Grièvement blessée, elle finira par mourir quelques jours plus tard. Suicide ou accident? Impossible de se prononcer.


Louise Weiss (Arras, 1893-Magny-les-Hameaux, 1983)


Née dans une riche famille d’origine alsacienne, agrégée de lettres et diplômée d’Oxford, elle est habitée par la fièvre des combats. Pacifiste dans l’âme, elle rêve de voir réunies la France et l’Allemagne, se porte à la défense de la Société des nations. Féministe inconditionnelle qui veut « défendre les femmes contre les autres et contre elles-mêmes » (les Françaises lui paraissent bien timorées et « élevées à l’école de la résignation » en comparaison des Anglaises et des Américaines), elle se battra toute sa vie pour obtenir l’égalité civique et politique entre les femmes et les hommes, et en attendant, faute d’avoir le droit de vote, se prévaudra du droit à l’insurrection : un beau jour de 1936, avec ses compagnes de l’association La femme nouvelle, les femmes s’enchaînent les unes aux autres, bloquant toute circulation dans la rue Royale, à Paris.


Elizabeth Zaroubine (Bessarabie, 1900-?, 1987)


Elle participe activement au mouvement révolutionnaire qui devait en 1917 faire de la Bessarabie la très éphémère République démocratique moldave (aujourd’hui rattachée à la Roumanie). Puis, elle joint les rangs du parti communiste autrichien. Après moult péripéties, elle épouse l’espion Vassily Zaroubine, partage ses activités et devient rapidement maîtresse en la matière. Elle arrive à faire pénétrer, dans le cercle ultrasecret qui entoure à El Alamos le directeur scientifique du Projet Manhattan, Robert Oppenheimer, des agents russes grâce auxquels la Russie pourra, quelques années à peine plus tard, fabriquer sa propre bombe atomique.


Andrée Yanacopoulo

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Vos commentaires seront modérés